problem loading posts

This Side of Paradise

Comme toujours ici, la cause est entendue, le ciel tourne, l'horizon a sa brume permanente et chaude, on entre dans le vrai théâtre des soirs...
Intermède - L'amorist inscrit la formule au fronton : "le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d'hommes."
Fin de l'intermède - ton calme et dégagé : "Le temps est un trésor, et, pour l'ensemble de l'aventure, on garde le mot si controversé d'amour."
Décider le départ dans l'affection et le bruit neufs : le langage sera le langage de l’Être ou ne sera pas, le roman est métaphysique ou n'est pas.
MÉTHODE : À ce point, nous devons abandonner tout préjugé logique pour nous livrer aux inductions, aux rapprochements les plus imprévus.
INTEMPESTIVITÉ EN ACTE OU TOPOS DES IMPOSSIBLES : "ADYNATA".
Jean-Paul Sartre, l’homme qui marche - sur la grève de Nida. Lithuania, 1965. Photo: Antanas Sutkus.

“ L’être ne saurait engendrer que l’être et, si l’homme est englobé dans ce processus de génération, il ne sortira que de lui que de l’être. S’il doit pouvoir s’interroger sur ce processus, c’est-à-dire le mettre en question, il faut qu’il puisse le mettre sous sa vue comme un ensemble, c’es-à-dire se mettre lui-même en dehors de l’être, et du même coup affaiblir la structure d’être de l’être. Toutefois il n’est pas donné à la “réalité-humaine” d’anéantir, même provisoirement, la masse d’être qui est posée en face d’elle. Ce qu’elle peut modifier, c’est son rapport avec cet être. Pour elle, mettre hors de circuit un existant particulier, c’est se mettre elle-même hors de circuit par rapport à cet existant. En ce cas elle lui échappe, elle est hors d’atteinte, il ne saurait agir sur elle, elle s’est retirée par-delà un néant… ” Jean-Paul Sartre, L’être et le néant, 1943




“It is therefore senseless to think of complaining since nothing foreign has decided what we feel, what we live, or what we are.”  Jean-Paul Sartre, Being and Nothingness 


http://ludivinemargueritedesereni.blogspot.fr/

Jean-Paul Sartre, l’homme qui marche - sur la grève de Nida. Lithuania, 1965. Photo: Antanas Sutkus.

L’être ne saurait engendrer que l’être et, si l’homme est englobé dans ce processus de génération, il ne sortira que de lui que de l’être. S’il doit pouvoir s’interroger sur ce processus, c’est-à-dire le mettre en question, il faut qu’il puisse le mettre sous sa vue comme un ensemble, c’es-à-dire se mettre lui-même en dehors de l’être, et du même coup affaiblir la structure d’être de l’être. Toutefois il n’est pas donné à la “réalité-humaine” d’anéantir, même provisoirement, la masse d’être qui est posée en face d’elle. Ce qu’elle peut modifier, c’est son rapport avec cet être. Pour elle, mettre hors de circuit un existant particulier, c’est se mettre elle-même hors de circuit par rapport à cet existant. En ce cas elle lui échappe, elle est hors d’atteinte, il ne saurait agir sur elle, elle s’est retirée par-delà un néant… ” Jean-Paul Sartre, L’être et le néant, 1943

“It is therefore senseless to think of complaining since nothing foreign has decided what we feel, what we live, or what we are.”  Jean-Paul Sartre, Being and Nothingness 

http://ludivinemargueritedesereni.blogspot.fr/