problem loading posts

This Side of Paradise

Comme toujours ici, la cause est entendue, le ciel tourne, l'horizon a sa brume permanente et chaude, on entre dans le vrai théâtre des soirs...
Intermède - L'amorist inscrit la formule au fronton : "le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d'hommes."
Fin de l'intermède - ton calme et dégagé : "Le temps est un trésor, et, pour l'ensemble de l'aventure, on garde le mot si controversé d'amour."
Décider le départ dans l'affection et le bruit neufs : le langage sera le langage de l’Être ou ne sera pas, le roman est métaphysique ou n'est pas.
MÉTHODE : À ce point, nous devons abandonner tout préjugé logique pour nous livrer aux inductions, aux rapprochements les plus imprévus.
INTEMPESTIVITÉ EN ACTE OU TOPOS DES IMPOSSIBLES : "ADYNATA".
Billie Holiday with Jimmy Rowles – My Man – The Complete Billie Holiday on Verve, 1945-1959
Photographie, Phil Stern.
I’m not a singer; I’m a song stylist. I’m not a singer because I have no vibrato… If I want one I have to shake my head to get it. That’s why I sing so many notes — so you won’t hear that I haven’t got one. It’s how I got my style.”- A. O’D.

Bewitched, Bothered and Bewildered (Rodgers-Hart) — Anita O’Day — Anita O’Day Sings for Oscar (Chicago, January 31, 1957)

(VI)VACITÉ D’ESPRIT

" Pour traduire "de vous voir", il faut dire di vedervi, et non pas di vi vedere.
— Je croyais, monsieur, qu’il fallait mettre le vi devant.
— Non, mademoiselle, nous le mettons derrière.”
Voilà Monsieur et Madame pâmés de rire, la demoiselle qui rougit, et moi interdit et désespéré d’avoir dit une bêtise de ce calibre ; mais c’était fait.

Casanova, Histoire de ma vie, III, 9

"COMME CETTE RUE DE PRAGUE, QUI LONGE LE CHÂTEAU, ET OÙ KAFKA VENAIT ÉCRIRE LA NUIT : ELLE S’APPELAIT LA RUELLE D’OR, MAIS ON L’APPELAIT LA RUE DES ALCHIMISTES.""

– Yannick Haenel, Cercle

"Nous verrons peut-être un jour une révolte de l’esprit contre le poids… mais c’est pas pour demain… […]… Ah, ils ne sont pas du côté d’Ariel… Ils sont de plus en plus Caliban… De plus en plus…”
- Louis-Ferdinand Céline, Interview 1957, (2)