problem loading posts

This Side of Paradise

Comme toujours ici, la cause est entendue, le ciel tourne, l'horizon a sa brume permanente et chaude, on entre dans le vrai théâtre des soirs...
Intermède - L'amorist inscrit la formule au fronton : "le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d'hommes."
Fin de l'intermède - ton calme et dégagé : "Le temps est un trésor, et, pour l'ensemble de l'aventure, on garde le mot si controversé d'amour."
Décider le départ dans l'affection et le bruit neufs : le langage sera le langage de l’Être ou ne sera pas, le roman est métaphysique ou n'est pas.
MÉTHODE : À ce point, nous devons abandonner tout préjugé logique pour nous livrer aux inductions, aux rapprochements les plus imprévus.
INTEMPESTIVITÉ EN ACTE OU TOPOS DES IMPOSSIBLES : "ADYNATA".
– Cy Twombly  ” Dans sa profondeur je vis que se recueille, lié avec amour en un volume, ce qui dans l’univers se dissémine :  Accidents et substances et leurs modalités Comme fondus ensemble, en sorte que  Ce que j’en dis est simple lueur “. Dante, Paradiso XXXIII (tr.J. Risset).

– Cy Twombly

” Dans sa profondeur je vis que se recueille,
lié avec amour en un volume,
ce qui dans l’univers se dissémine :
Accidents et substances et leurs modalités
Comme fondus ensemble, en sorte que
Ce que j’en dis est simple lueur “.

Dante, Paradiso XXXIII (tr.J. Risset).
Vespro della Beata Vergine: VI. Laetatus sum a 6 — Alastair Miles, Ann Monoyios, English Baroque Soloists, His Majesties Sagbutts and Cornetts, John Eliot Gardiner, Marinella Pennicchi, Mark Tucker, Monteverdi Choir & Nigel Robson.

"La parole doit être maîtresse de l’harmonie et non sa servante." – Claudio Monteverdi

OGNI AMANTE E GUERRIERO

Extrait de L’étendue musicale, Marcelin Pleynet. (Nous soulignons) :

[…]
Nous ne sommes pas venus pour arriver… L’arrivée est un départ… Nous nous apprenons à départir. Notre propre civilisation tout entière ne peut vraiment apprendre qu’à se départir d’elle-même, telle qu’elle se révèle secrètement. Elle se révèle à elle-même.
Je sais que la porte tout entière. Il me faut la porter plus loin.
OGNI AMANTE E GUERRIERO
Ici dans l’art d’aimer : l’empire immense de la musique… L’immensité… Civilisation d’une familière et enveloppante immensité, en tout point derrière cette arche… Cette immensité musicale…
Après avoir traversé la lagune, en arrivant sur Venise, la musique de Monteverdi habite l’air que je respire. Et il me semble que mon œil et ma main se détachent et passent très vite à droite… détachés de moi, emportés en un éclair, fléchés dans le ciel, bien au-delà de la basilique Saint-Marc…
Que faire de cet œil parti, aveuglé, qui, à Venise, est une oreille là-haut ?
Je suis descendu au même endroit qu’habituellement, ce qui me facilite l’arrivée dans ce monde qui ne ressemble à aucun autre… Chaque matin, chaque soir, l’étendue du canal de la Giudecca, le face-à-face avec l’église du Rédempteur et San Giorgio… Les frontons classiques du Palladio…
Lorsque Monteverdi prend la charge de Maître de chapelle à la basilique Saint-Marc, en 1613, la basilique San Giorgio Maggiore est terminée depuis trois ans. Il verra se mettre en place sur le Grand Canal, le vaste chantier d’une architecture musicale : Santa Maria de la Salute.
Je ne parvins pas à me détacher de cette fortune physique qui s’identifie avec la grande intelligence, la pensée en basse continue du musicien des Vêpres de la Vierge (1610), du Huitième livre des Madrigaux (Madrigali Guerrieri e Amorosi — 1638), du Retour d’Ulysse dans sa patrie (1640), du Couronnement de Poppée (1643)…
En 1632, deux après la grande épidémie de peste ( nom du fléau qui dévastait l’Europe… "e guerri"… ( Giorgione en est mort en 1610)… on construisit sur la Guidecca, à l’occasion de la fin de l’épidémie, l’église du “Rédempteur”, dont l’architecture fut confiée à Palladio.
Et chaque année, au milieu du mois d’août, on fête l’événement en dressant sur le grand canal de la Giudecca un pont de bateaux qui permet de traverser à pied ce bras de mer… C’est une belle et très grande fête…
Mais aujourd’hui, la peste en Europe… La guerre dans le monde ?
Où en êtes-vous avec la guerre ?
[…]
Où en suis-je ? Ce séjour à Venise après tant d’autres… une expérience à chaque fois unique… Il semble que la pensée suive le corps et que le corps, tout entier à vif, comme une mémoire active de chair et de sang, et cette très légère brûlure… et accuse par surprise les battements du cœur…

[…]
L’écrit.
Ça s’écrit. C’est écrit dans la voix. Et pendant que ça s’écrit, cependant c’est écrit… la tête emportée par le vin… le sel sur la peau… les mille reflets du sommeil et de l’éveil sur l’eau vive qui s’éclaire au point du jour…
… puis je me suis mis à écrire.
Monteverdi: Il Secondo Libro de’Madrigali, Mentr’Io Mirava Fiso — Rinaldo Alessandrini: Concerto Italiano.
 ON NE SAURAIT RIEN ATTENDRE DE TROP GRAND DE LA FORCE ET DU POUVOIR DE L’ESPRIT.
HEGEL
Papillon surréaliste. Feuillet imprimé en décembre 1924 pour le bureau de recherches surréalistes.

15, rue de Grenelle, Paris-7e
ON NE SAURAIT RIEN ATTENDRE DE TROP GRAND DE LA FORCE ET DU POUVOIR DE L’ESPRIT.
HEGEL

Papillon surréaliste. Feuillet imprimé en décembre 1924 pour le bureau de recherches surréalistes.
15, rue de Grenelle, Paris-7e
Papillon surréaliste (un des feuillets imprimés en décembre 1924 pour le bureau de recherches surréalistes).

15, rue de Grenelle, Paris-7e
Papillon surréaliste (un des feuillets imprimés en décembre 1924 pour le bureau de recherches surréalistes).
15, rue de Grenelle, Paris-7e
Billie Holiday with Jimmy Rowles – My Man – The Complete Billie Holiday on Verve, 1945-1959
Photographie, Phil Stern.